Baptême, vol en ULM Paris et Ile-de-France


9 activités trouvées (Page 1/1)

Venez vivre une expérience inoubliable à bord d'un ULM biplace ! Au programme aéronautique : briefing d'aviation par les instructeurs, décollage en planeur, survol de paysages magnifique (les images resteront dans votre tête pendant un long moment), atterrissage en toute sécurité puis debriefing avec votre instructeur aux multiples heures de vol tout droit sortie de l'école de pilotage. C'est une excellente idée de cadeau de noël (sous forme de bon cadeau notamment). Possible de faire soit un vol d'initiation soit un baptême de vol (où vous prendrez les commandes), pas de passer un brevet de pilote d'ulm.
Il existe 3 types d'ULM différents. Le Paramoteur : il s’agit d’aéronefs soutenus par une voilure (style parachute). Le Pendulaire qui est l’ULM tel qu’on l’imagine à savoir un chariot suspendu sous une aile, un planeur ultra léger. Il est adapté aux pistes courtes. L'Autogire : cet aéronef aéronautique ressemble à un petit hélicoptère et procure des sensations extraordinaires.

Où faire un vol en ULM ?

Il y a des aéroclub proposant des formations au pilotage ou des baptêmes dans toute l'île de France. C'est un moyen simple et accessible de faire votre baptême de l’air en sécurité. Choisissez parmi l'un de nos nombreux centres et réservez votre vol.

FAQ - VOS QUESTIONS, NOS RÉPONSES - Baptème, vol en ULM

  • Quelle est la différence entre un vol d'initiation et un baptème (=ou vol découverte) ?

Vol d'initiation : L'élève prend les commandes de l'appareil et se concentre sur le pilotage
Baptême ou vol découverte :
Le passager ne prend pas les commandes et est libre de regarder le paysage, découvrir les sensations, observer le pilote..

  • Quelle est la vitesse moyenne ?

La vitesse varie en fonction du type d’appareil. Le paramoteur ne permet de voler qu’à environ 30 km/h tandis que la vitesse du pendulaire dépend des caractéristiques de l’aile et peut aller jusqu’à 120 km/h

  •  Quelle est la différence entre ULM paramoteur, pendulaire et autogire ?

Paramoteur : il s’agit d’un  aéronef (engin capable de se mouvoir en altitude) soutenu par une voilure souple dans le style parachute
Pendulaire : c’est l’ULM tel qu’on l’imagine à savoir un chariot suspendu sous une aile. Il est adapté aux pistes courtes. Pour le piloter, il suffit de déplacer le centre de gravité en agissant sur la barre du trapèze.
Autogire : cet aéronef ressemble à un petit hélicoptère et procure des sensations extraordinaires.

  •  Est-ce une activité dangereuse ?

Il n’existe pas de danger tant qu’on respecte les consignes de base de sécurité. Le matériel est vérifié avant chaque vol.La faisabilité des vols dépend des conditions météorologiques pour éviter le moindre risque.
De plus, le pilote est entraîné à évoluer même malgré une panne : il apprend à planer et à atterrir en toute tranquillité quelle que soit la situation.